موضوع باللغة الفرنسية عن العمل



le travail est l'activité rémunérée qui permet la production de biens et services. Avec le capital, c'est un facteur de production de l'économie. Il est essentiellement fourni par des employés en échange d'un salaire. Le processus d'entrée et de sortie de l'emploi se fait par le marché du travail.
Son étude économique est faite par l'économie du travail, son étude sociologique correspond à la sociologie du travail, et son cadre juridique est le droit du travail.
Au sens le plus large, le travail correspond à toute activité humaine de production de biens et/ou de services. Le bricolage, les travaux ménagers, la toilette ou les devoirs scolaires entrent dans ce champ.
Dans un sens plus restreint, le travail peut être défini comme l'action de produire de la valeur - des biens et/ou des services - à destination d'autrui. Ce périmètre inclut les travaux ménagers, mais exclut par exemple la toilette. Pour Henri Wallon (1879-1962), travailler c’est « contribuer par des services particuliers à l’existence de tous, afin d’assurer la sienne propre »5
Depuis le rapport Stiglitz, les économistes insistent sur le fait que le travail n'est pas seulement le travail rémunéré, l'activité productrice des travailleurs : il comprend aussi le bénévolat et le travail domestique.
Jacques Freyssinet sépare les différents types de travail en travail libre, travail salarié et travail forcé, dans le cadre d'activités marchandes ou non-marchandes6.
Dominique Méda (Le Travail, Que sais-je ?) explique que la notion de travail est historique et que le terme actuel est le résultat de la sédimentation de trois couches de signification : le travail facteur de production (XVIIIe siècle), le travail-essence de l'homme (début XIXe), le travail pivot de la distribution des revenus, des droits et des protections caractéristiques de la société salariale (fin XIXe). Ces dimensions contradictoires coexistent et fondent la diversité des interprétations du travail et des conflits sur la définition du travail.
Le travail forcé comprend l'esclavage, les corvées, et les peines de travaux forcés.
Dans le cadre d'activités marchandes, le travail libre est fourni par les travailleurs indépendants.
Dans le cadre d'activités non marchandes, le travail libre comprend le travail domestique et le travail militant ; le travail salarié comprend les salariés des administrations publiques et des ménages.
Dans certains pays touchés par le chômage de masse, on rencontre également des revendications sous la forme d'un « droit au travail ».
Le travail est un élément important pour l'appartenance des individus à une société, ce qui explique le désarroi d'une partie des chômeurs involontaires.
Histoire
Antiquité
L'esclavage a été utilisé au cours de l'Antiquité pour accomplir les tâches les plus dures.
Du Moyen Âge à la Période moderne (XIXe siècle - XXe siècle)
En Europe occidentale, pendant le Haut Moyen Âge, le mouvement monastique s'est fondé en grande partie sur le travail (voir Règle de saint Benoît), donnant au travail un but de fraternité du point de vue communautaire et aussi d'épanouissement dans la participation au bien commun (pensé en rapport à la création divine).
Jusqu’alors le travail est un signe évident de servitude mais Benoît décide de le faire entrer dans l’éthique chrétienne permettant la plénitude de l’opus dei. Les moines construisent une société chrétienne autant par le travail de leurs mains que par le travail de leur esprit. À la fois centre culturel voué à l’instruction des clercs et à la diffusion des rites officiels et entreprise économique, le monastère bénédictin connaît un succès considérable encouragé par les autorités politiques qui voient dans les ordres monastiques de fidèles alliés pour pacifier et réguler la vie sociale des royaumes barbares7.
Parallèlement au travail libre, existait le servage, lequel instaurait une obligation de travail pour les paysans envers leurs seigneurs. En France, le servage a quasiment disparu après la guerre de Cent Ans, et, persistant localement, il a d'abord été aboli dans tout le domaine royal par Louis XVI (en 1779), puis définitivement pendant la Révolution française.